Rechercher dans ce blog

samedi 28 novembre 2015

La religion et la paix



On assiste depuis peu à des paradoxes du style « Moins ils connaissent l'islam, plus ils sont attirés par le djihad », « les recrues de l'islam radical viennent majoritairement (80%) de familles athées », les jihadistes (« ces zombis-haschishin ») sont les frères siamois des victimes du Bataclan, et on écrit ou sousentend  par-ci par-là que le fait d’avoir reçu une éducation religieuse protégerait mieux contre l’embrigadement par l’Islam radical. Ces articles semblent suggérer qu’il vaut mieux avoir le cerveau déjà bien rempli de croyances religieuses, qu’un cerveau vierge de toute religion, pour être moins sensible aux sirènes jihadistes. Non seulement, il n’y aurait pas de lien entre le jihadisme et l’Islam, religion de paix, mais en plus être musulman protégerait mieux contre le jihadisme... S’il ne faut pas faire l’amalgame dans un sens, il ne faudrait pas le faire non plus dans l’autre. Quel type de musulman est mieux protégé contre le jihadisme ? Le musulman éclairé, le musulman modéré, le chiite, le sunnite, le salafiste, le wahhabite...? Seraient-ils tous mieux à l'abri du jihadisme que le premier athée venu ?

Ce genre d’affirmation peut éventuellement être utile à des fins de communication, pour éviter qu’une partie de la population soit stigmatisée dans les temps difficiles que nous vivons, mais la vérité est ailleurs. Une « religion de paix » est d'ailleurs plutôt une contradiction dans les termes. Le terme religion même, qui date de l’époque romaine, avait servi à ériger la religion chrétienne en « religio » (Religio christiana romanaque), pour la distinguer de toutes les superstitions qui avaient cours alors, c’est-à-dire toutes les autres « religions ». Le terme « religio » est alors une violence faite à toutes les autres croyances, surtout si la religion en question est imposée par la force. La religion peut être appelée une « religion de paix », si cette paix prend un sens analogue à celui de « Pax Romana » ou « Pax Americana », une sorte d'empire…

Les religions ont souvent une violence inhérente, notamment les religions monothéistes, (comme le présente Jean Sorel), et qui se dirige à la fois vers les non-croyants à l’extérieur et à l’intérieur de sa communauté, mais aussi vers les croyants de sa propre communauté, si ceux-ci manquaient d’orthodoxie ou ne suivaient pas conformément les préceptes. La violence se trouve dans la loi divine imposée aux adeptes, tout monothéisme confondu, mais de nos jours le plus nettement dans l’Islam, où la charia (« ensemble de normes comme l’émanation de la volonté de Dieu (Shar')) est toujours d’actualité.

Hormis les attentats récents qui sont véritablement hors catégorie, la violence de l'Etat Islamique, qui dit appliquer à la lettre la charia, n’est pas si différente sur le terrain que celle de l’Arabie-Saoudite, qui s’appuie sur la même charia. La loi divine a aussi pour objectif de « sauvegarder contre le feu de l'Enfer ». Une violence homéopathique (en comparaison...) pour éviter une punition éternelle plus qu'improbable, et pour notre propre bien ?

La violence des religions ne se dirige pas seulement contre les hommes mais aussi contre la raison, surtout quand elles opposent une gnose anti-intellectuelle à la raison, car il est écrit : « Je détruirai la sagesse des sages, Et j'anéantirai l'intelligence des intelligents. » (Paul, premier épître aux Corinthiens). « Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes. » Ce type de raisonnement conduit à croire en ce qui est absurde, parce que c’est absurde (credo quia absurdum).

En scindant la cité en une cité terrestre et cité céleste, et en ne jurant que par la cité divine, on se livre intégralement à ceux qui « connaissent », interprètent, proclament, et imposent la folie de Dieu. La raison terrestre étant folie aux yeux de Dieu, elle ne peut que causer notre perte. Plus quelque chose est absurde et plus ça doit être vrai… Voilà la violence contre la raison qui est inhérente à la religion, si on interprète celle-ci fidèlement à la lettre. Dérober les hommes de leur foi raisonnable en la raison, voilà le premier pas, qui permettra tous les excès et toute la folie de Dieu. Si on remonte l’enchainement de toutes les causes, c’est par là sans doute que l’on aboutira.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire